Résidus cire <>santé abeilles : avis de l’AFSCA 2018/12.

COMITE SCIENTIFIQUE
de l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire
AVIS 18‐2018
Objet :
Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
(SciCom 2016/27)
Avis scientifique approuvé par le Comité scientifique le 14 novembre 2018.
Mots‐clés :
Abeille, cire, contamination, adultération
Key terms :
Honeybee, beeswax, contamination, adulteration

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Table des matières
Résumé ...................................................................................................................................................... 4
Summary .................................................................................................................................................... 6
1. Termes de référence ......................................................................................................................................... 8
1.1. Questions .................................................................................................................................................. 8
1.2. Dispositions légales................................................................................................................................... 8
1.3. Méthode ................................................................................................................................................... 8
2. Définitions & Abréviations ............................................................................................................................... . 9
3. Contexte ............................................................................................................................... ........................... 10
3.1. Eléments explicatifs ................................................................................................................................ 10 3.1.1. Lesdifférentstypesdecirenaturelleetsynthétique........................................................................10 3.1.2. Lesdifférentesvoiespotentiellesdecontaminationetd’adultérationdelacired’abeille..............13 3.1.3. L’expositiondesabeillesauxcontaminants(vialacire)aucoursdeleurvie...................................15
3.2. Aspects légaux liés à la composition et à la qualité de la cire au sein de la chaîne alimentaire............. 18
3.3. Recyclage, transformation industrielle, importation et commercialisation de la cire d’abeille ............. 21
3.4. La contamination de la cire d’abeille par les résidus de produits phytopharmaceutiques et leur toxicité
vis‐à‐vis des abeilles domestiques................................................................................................................... 24
3.5. Les médicaments vétérinaires utilisés en apiculture .............................................................................. 25
3.6. Les biocides potentiellement utilisés en apiculture................................................................................ 30
3.7. Interactions entre substances actives et conséquences sur la santé des abeilles domestiques ............ 31
4. Réponse aux questions.................................................................................................................................... 35
4.1. Quelles sont les contaminations et adultérations connues de la cire d’abeille ? ................................... 35
4.2. Quelles substances sont susceptibles de présenter un risque pour la santé des abeilles/de la colonie
suite à la contamination ou l’adultération de la cire (après usage unique ou suite à l’utilisation de cire recyclée) ? ....................................................................................................................................................... 35 4.3. Une limite d’action par rapport à la présence éventuelle de ces substances dans la cire peut‐elle être proposée afin de préserver la santé des abeilles ? ......................................................................................... 39
4.3.1. Adultération ...................................................................................................................................... 39
4.3.2. Contamination................................................................................................................................... 40
5. Incertitudes ............................................................................................................................... ...................... 50
6. Conclusions............................................................................................................................... ....................... 51
7. Recommandations............................................................................................................................... ............ 51
7.1. 7.2.
Destinées au secteur apicole .................................................................................................................. 51
Destinées aux autorités .......................................................................................................................... 52 Références ............................................................................................................................................... 54 Membres du Comité scientifique............................................................................................................. 60 Conflit d’intérêts ...................................................................................................................................... 60 Remerciements ........................................................................................................................................ 60 Composition du groupe de travail ........................................................................................................... 61 Cadre juridique ........................................................................................................................................ 61 Disclaimer ................................................................................................................................................ 61
Annexe 1 : Informations détaillées relatives à la pharmacodynamie et à la toxicité des substances actives dont l’utilisation (légale ou illégale) comme médicament vétérinaire en apiculture est connue................................................................................................................................................. 62 Annexe 2 : Aperçu des substances chimiques détectées dans la cire d’abeille selon différentes références scientifiques, de leur toxicité aigüe par contact et par voie orale pour l’abeille (larve ou adulte) ainsi que de leur solubilité dans l’octanol............................................................................... 76
Tableaux
Tableau 1. Avantages et inconvénients des cires synthétiques. ........................................................................... 12 Tableau 2. Spécifications techniques de la cire d’abeille utilisée comme additif alimentaire (d’après le Règlement (UE) n°231/2012). ............................................................................................................................... 20 Tableau 3. Caractéristiques physico‐chimiques des stéarines Radiacid 407® et Radiacid 417® et de la palmitine Radiacid 464®........................................................................................................................................................ 23
2/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Tableau 4. Liste des pays tiers en provenance desquels il est autorisé d’importer de la cire d’abeille destinée à l’apiculture dans l’UE (situation en janvier 2018). ................................................................................................ 24 Tableau 5. Liste des substances actives dont l’utilisation (légale ou illégale) comme médicament vétérinaire en apiculture est connue. .......................................................................................................................................... 26 Tableau 6. Aperçu des interactions entre substances actives sur la santé des abeilles démontrées dans la littérature scientifique. ......................................................................................................................................... 34 Tableau 7. Les substances actives les plus toxiques par contact pour les abeilles (= présentant les valeurs de DL50 les plus faibles) parmi celles détectées dans la cire d’abeille. ...................................................................... 37 Tableau 8. Les substances actives les plus toxiques par voie orale pour les abeilles (= présentant les valeurs de DL50 les plus faibles) parmi celles détectées dans la cire d’abeille. ...................................................................... 38 Tableau 9. Les substances actives les plus lipophiles (= présentant les valeurs de coefficient de partage ‘octanol/eau’ (Log P) les plus élevées) parmi celles détectées dans la cire d’abeille. .......................................... 39 Tableau 10. Limites d’action dans la cire d’abeille refondue déterminées pour les 18 substances actives retenues au point 4.2. selon le scénario n°1 (exposition des larves suite à leur contact étroit avec la cire). ...... 45 Tableau 11. Limites d’action dans la cire d’abeille refondue déterminées pour les 18 substances actives retenues au point 4.2. selon le scénario n°2 (exposition des larves suite à la consommation de gelée royale et de pain d’abeille ayant été contaminés à partir de la cire)................................................................................... 47 Tableau 12. Limites d’action dans la cire d’abeille refondue déterminées pour les 18 substances actives retenues au point 4.2. selon le scénario n°3 (exposition des abeilles adultes suite au malaxage de la cire). ...... 49 Tableau 13. Limites d’action dans la cire d’abeille refondue proposées par le Comité scientifique pour les 18 substances actives retenues au point 4.2. ............................................................................................................ 50
Figures
Figure 1. Voies potentielles de contamination ou d’adultération de la cire d’abeille (belge ou importée) ainsi que ses principaux contaminants potentiels selon qu’ils/elles concernent l’abeille (trait continu), l’apiculteur/fabricant de cire gaufrée (trait discontinu) ou l’apiculteur (trait pointillé)....................................... 14 Figure 2. Etapes de la saison apicole impliquant l’utilisation de cire selon qu’elles sont réalisées par l’abeille (trait continu), l’apiculteur/fabricant de cire gaufrée (trait discontinu) ou l’apiculteur (trait pointillé). ............. 16 Figure 3. Influence d’un ajout de stéarine ou de palmitine à la cire d’abeille sur la mortalité des larves d’abeilles élevées sur des rayons constitués de ce mélange (Reybroeck, 2017 et 2018a). .................................. 23 Figure 4. Courbes de calorimétrie différentielle à balayage de trois échantillons de cire d’abeille : deux échantillons de cire pure sans stéarine (courbes noire et bleue) fabriquées par l’apiculteur et un échantillon de cire commerciale contenant de la stéarine et associée à une mortalité du couvain (courbe rouge) (Goethals et De Meyer, 2017). .................................................................................................................................................. 36 Figure 5. Evolution de l’indice d’acidité lors d’un ajout de stéarine (Radiacid 407® ou 417®) ou de palmitine (Radiacid 464®) dans la cire d’abeille (Reybroeck, 2017 et 2018a). ..................................................................... 40
3/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Résumé
Avis 18‐2018 du Comité scientifique de l’AFSCA relatif au risque pour la santé des abeilles de la contamination et de l’adultération de la cire d’abeille.
Questions
Il est demandé au Comité scientifique de répondre aux questions suivantes :
1. Quelles sont les contaminations et adultérations connues de la cire d’abeille ?
2. Quelles substances sont susceptibles de présenter un risque pour la santé des abeilles/de la
colonie suite à la contamination ou l’adultération de la cire (après usage unique ou suite à
l’utilisation de cire recyclée) ?
3. Une limite d’action par rapport à la présence éventuelle de ces substances dans la cire peut‐
elle être proposée afin de préserver la santé des abeilles ?
Méthode
L’avis est fondé sur l’opinion d’experts et sur différentes références scientifiques. En ce qui concerne les résidus de produits phytopharmaceutiques, de biocides et de médicaments vétérinaires, le risque pour la santé des abeilles que posent ces substances a été évalué sur base de trois scénarios d’exposition. Le premier scénario correspond à l’exposition des larves suite à leur contact étroit avec la cire constituant les alvéoles dans lesquelles elles se développent. Le second scénario correspond à l’exposition des larves suite à la consommation de gelée royale et de pain d’abeille ayant été contaminés via la cire lors de leur stockage dans les alvéoles de cire. A ce niveau, la contamination initiale du pollen qui est ramené à la ruche par les abeilles et de la gelée royale lorsqu’elle est produite au sein de la ruche n’a pas été prise en compte. Le troisième scénario correspond à l’exposition des abeilles adultes suite au malaxage de la cire lors de la confection des alvéoles et sur base d’un scénario du pire des cas (consommation (= ingestion) de cire).
Réponses aux questions
1. Le Comité scientifique a identifié plusieurs substances pouvant adultérer ou contaminer la cire d’abeille. Il s’agit principalement de l’adultération de la cire par ajout de stéarine, et de la contamination de la cire par des résidus d’auxiliaires technologiques utilisés dans le cadre de la production de cire gaufrée, par des métaux lourds ou par des résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires.
2. Les substances susceptibles de présenter un risque pour la santé des abeilles/de la colonie sont :
‐ dans le cadre de l’adultération de la cire : la stéarine et la palmitine,
‐ dans le cadre de la contamination de la cire :
o les résidus de détergents utilisés comme auxiliaires technologiques dans le cadre de la production de cire gaufrée,
o les métaux lourds que sont le cadmium, le cuivre, le plomb et le sélénium, et o les résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires suivants : l’acrinathrine, l’amitraze, le carbofuran, le chlorpyriphos (‐éthyl), le coumaphos, la cyfluthrine, la cyperméthrine, le DDE, le DDT, la deltaméthrine, la fluméthrine, l’imidaclopride, le lindane (γ‐HCH), le mévinphos, le pyridaben,
le tau‐fluvalinate, le thiaméthoxame et le thymol.
3. Le Comité scientifique propose les limites d’action suivantes pour les cires d’abeille refondues
mises sur le marché :
‐ dans le cadre de l’adultération de la cire :
o l’indice d’acidité de la cire doit être supérieur ou égal à 17 et inférieur ou égal à 24, et
o l’indice d’ester (= indice de saponification ‐ indice d’acidité) de la cire doit être supérieur ou égal à 63 et inférieur ou égal à 87.
4/80

AVIS 18‐2018
Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Conclusion

dans le cadre de la contamination de la cire : o en ce qui concerne les métaux lourds :
 Arsenic : ≤ 3 mg/kg  Plomb : ≤ 2 mg/kg
 Mercure : ≤ 1 mg/kg
o en ce qui concerne les résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires :  Acrinathrine : 0,6 mg/kg
 Amitraze : 400 mg/kg
 Carbofuran : 0,4 mg/kg
 Chlorpyriphos (‐éthyl) : 2 mg/kg  Coumaphos : 40 mg/kg
 Cyfluthrine : 0,06 mg/kg
 Cyperméthrine : 0,3 mg/kg
 DDE : 40 mg/kg
 DDT : 40 mg/kg
 Deltaméthrine : 0,1 mg/kg
 Fluméthrine : 1,5 mg/kg
 Imidaclopride : 0,03 mg/kg
 Lindane (γ‐HCH) : 0,09 mg/kg
 Mévinphos : 0,2 mg/kg
 Pyridaben : 1,5 mg/kg
 tau‐Fluvalinate : 20 mg/kg
 Thiaméthoxame : 0,04 mg/kg
 Thymol : 2 mg/kg
Le Comité scientifique a identifié les substances qui peuvent être présentes dans la cire d’abeille via une contamination ou lors d’une adultération et qui peuvent présenter un risque pour la santé des abeilles. Le Comité scientifique a proposé des limites d’action pour les cires d’abeille refondues mises sur le marché.
5/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Summary
Advice 18‐2018 of the Scientific Committee of the FASFC regarding the risk to bee health of contaminated and adulterated beeswax
Questions
The Scientific Committee has been asked to answer the following questions :
1. What are the known beeswax contaminations and adulterations ?
2. Which substances are likely to pose a risk to bee/colony health following wax contamination
or adulteration (after single use or following the use of recycled wax) ?
3. Regarding the possible presence of these substances in wax can an action limit be proposed in
order to preserve bee health ?
Method
The advice is based on expert opinion and on different scientific references. With regard to plant protection product, biocide and veterinary drug residues, the risk to bee health posed by these substances has been assessed based on three exposure scenarios. The first scenario corresponds to the exposure of larvae following their close contact with the wax constituting the cells in which they develop. The second scenario corresponds to the exposure of larvae following consumption of royal jelly and bee bread that have been contaminated via the wax during storage in the wax cells. At this level, the initial contamination of pollen that is returned to the hive by bees and royal jelly when produced in the hive has not been taken into account. The third scenario corresponds to the exposure of adult bees following the wax mixing during cells preparation and based on a worst‐case scenario (consumption (= ingestion) of wax).
Answers to questions
1. The Scientific Committee has identified several substances that may adulterate or contaminate beeswax. Wax is mainly adulterated by adding stearin and is mainly contaminated with residues of processing aids used in the production of beeswax comb foundations, with heavy metals or with pesticide and veterinary drug residues.
2. The substances likely to pose a risk to bee/colony health are :
‐ regarding the adulteration of wax : stearin and palmitin,
‐ regarding the contamination of wax :
o residues of detergents used as processing aids in the production of beeswax comb foundations,
o heavy metals such as cadmium, copper, lead and selenium, and
o the following pesticide and veterinary drug residues : acrinathrin, amitraz, carbofuran, chlorpyrifos(‐ethyl), coumaphos, cyfluthrin, cypermethrin, DDE, DDT, deltamethrin, flumethrin, imidacloprid, lindane (γ‐HCH), mevinphos,
pyridaben, tau‐fluvalinate, thiamethoxam and thymol.
3. The Scientific Committee proposes the following action limits for re‐melted beeswax placed
on the market :


regarding the adulteration of wax :
o the acid value of wax should be greater than or equal to 17 and less than or
equal to 24, and
o the ester value (= saponification value – acid value) of wax should be greater
than or equal to 63 and less than or equal to 87. regarding the contamination of wax :
o regarding heavy metals :
 Arsenic : ≤ 3 mg/kg
 Lead : ≤ 2 mg/kg
 Mercury : ≤ 1 mg/kg
6/80

AVIS 18‐2018
Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Conclusion
o
regarding pesticide and veterinary drug residues :  Acrinathrin : 0,6 mg/kg
 Amitraz : 400 mg/kg
 Carbofuran : 0,4 mg/kg
 Chlorpyrifos(‐ethyl) : 2 mg/kg  Coumaphos : 40 mg/kg
 Cyfluthrin : 0,06 mg/kg
 Cypermethrin : 0,3 mg/kg
 DDE : 40 mg/kg
 DDT : 40 mg/kg
 Deltamethrin : 0,1 mg/kg
 Flumethrin : 1,5 mg/kg
 Imidacloprid : 0,03 mg/kg
 Lindane (γ‐HCH) : 0,09 mg/kg  Mevinphos : 0,2 mg/kg
 Pyridaben : 1,5 mg/kg
 tau‐Fluvalinate : 20 mg/kg
 Thiamethoxam : 0,04 mg/kg
 Thymol : 2 mg/kg
The Scientific Committee has identified substances that may be present in beeswax through contamination or adulteration and may pose a risk to bee health. The Scientific Committee proposed action limits for re‐melted beeswax placed on the market.
7/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
1. Termesderéférence
1.1. Questions
Il est demandé au Comité scientifique de répondre aux questions suivantes :
1. Quelles sont les contaminations et adultérations connues de la cire d’abeille ?
2. Quelles substances sont susceptibles de présenter un risque pour la santé des abeilles/de la
colonie suite à la contamination ou l’adultération de la cire (après usage unique ou suite à
l’utilisation de cire recyclée) ?
3. Une limite d’action par rapport à la présence éventuelle de ces substances dans la cire peut‐
elle être proposée afin de préserver la santé des abeilles ?
1.2. Dispositions légales
Directive 92/65/CEE du Conseil du 13 juillet 1992 définissant les conditions de police sanitaire régissant les échanges et les importations dans la Communauté d’animaux, de spermes, d’ovules et d’embryons non soumis, en ce qui concerne les conditions de police sanitaire, aux réglementations communautaires spécifiques visées à l’annexe A section I de la directive 90/425/CEE.
Règlement (CE) n°1069/2009 du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009 établissant des règles sanitaires applicables aux sous‐produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) n°1774/2002 (règlement relatif aux sous‐ produits animaux).
Règlement (UE) n°142/2011 de la Commission du 25 février 2011 portant application du règlement (CE) n°1069/2009 du Parlement européen et du Conseil établissant des règles sanitaires applicables aux sous‐produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et portant application de la directive 97/78/CE du Conseil en ce qui concerne certains échantillons et articles exemptés des contrôles vétérinaires effectués aux frontières en vertu de cette directive.
Règlement (CE) n°1333/2008 du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 sur les additifs alimentaires.
Règlement (UE) n°231/2012 de la Commission du 9 mars 2012 établissant les spécifications des additifs alimentaires énumérés aux annexes II et III du règlement (CE) n°1333/2008 du Parlement européen et du Conseil.
1.3. Méthode
L’avis est fondé sur l’opinion d’experts et sur différentes références scientifiques. En ce qui concerne les résidus de produits phytopharmaceutiques, de biocides et de médicaments vétérinaires, le risque pour la santé des abeilles que posent ces substances a été évalué sur base de trois scénarios d’exposition. Le premier scénario correspond à l’exposition des larves suite à leur contact étroit avec la cire constituant les alvéoles dans lesquelles elles se développent. Le second scénario correspond à l’exposition des larves suite à la consommation de gelée royale et de pain d’abeille ayant été contaminés via la cire lors de leur stockage dans les alvéoles de cire. A ce niveau, la contamination initiale du pollen qui est ramené à la ruche par les abeilles et de la gelée royale lorsqu’elle est produite au sein de la ruche n’a pas été prise en compte. Le troisième scénario correspond à l’exposition des abeilles adultes suite au malaxage de la cire lors de la confection des alvéoles et sur base d’un scénario du pire des cas (consommation (= ingestion) de cire).
8/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
2. Définitions&Abréviations
AFSCA
Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire
AMM
Autorisation de mise sur le marché
As
Arsenic
CAS
Chemical Abstracts Service
Cd
Cadmium
CL50 (concentration létale médiane) par inhalation
Concentration d’une substance dans l’air susceptible d’entraîner la mort de 50 pour cent (50 %) des animaux lorsqu’elle est administrée par inhalation. La CL50 s’exprime en mg*min/m3.
DL50 (dose létale médiane) orale/par contact
Dose unique d’une substance, obtenue par calcul statistique, susceptible d’entraîner la mort de 50 pour cent (50 %) des animaux lorsqu’elle est administrée par voie orale (OECD, 1998a)/par contact (OECD, 1998b). La DL50 s’exprime en μg de substance d’essai par abeille.
EINECS
European Inventory of Existing Commercial Chemical Substances
ES
Effets secondaires
FDA
U.S. Food and Drug Administration
HAP
Hydrocarbures aromatiques polycycliques
Hg
Mercure
IBS
Inhibiteurs de la biosynthèse des stérols
ILVO
Instituut voor Landbouw‐, Visserij‐ en Voedingsonderzoek
LMR
Limite maximale de résidus
NNI’s
Néonicotinoïdes
OECD
Organisation for Economic Cooperation and Development
OV
Overdose
PABA
Acide para‐aminobenzoïque
Pain d’abeille
Pollen imbibé de miel
Palmitine
Préparation commerciale contenant principalement de l’acide palmitique. Elle peut aussi contenir d’autres acides gras en proportion variable suivant l’origine de la graisse dont elle est issue. La stéarine peut être d’origine animale ou végétale.
Pb
Plomb
PBO
Pipéronyl butoxide
PCB
Polychlorobiphényles
PD
Pharmacodynamie
PO
Posologie/dosage
PPDB
Pesticides properties database
RCP
Résumé des caractéristiques du produit
s.a.
Substance active
SciCom
Comité scientifique
Stéarine
Préparation commerciale contenant principalement de l’acide stéarique. Elle peut aussi contenir d’autres acides gras en proportion variable suivant l’origine de la graisse dont elle est issue. La stéarine peut être d’origine animale ou végétale.
Toxicité aiguë par contact
Effets nocifs se produisant dans un délai maximal de 96 heures après l’application locale d’une dose unique de la substance d’essai (OECD, 1998b).
9/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
Toxicité aiguë par voie orale
Effets nocifs se produisant dans un délai maximal de 96 heures après l’administration d’une dose unique de la substance d’essai par voie orale (OECD, 1998a).
TRACES
European Trade Control and Expert System
VSDB
Veterinary substances database
Vu les discussions menées durant les réunions du groupe de travail des 23/01/2017, 07/03/2017, 20/04/2017, 07/06/2017, 04/09/2017, 27/10/2017, 19/01/2018, 06/03/2018, 20/04/2018, 04/07/2018 et 31/08/2018, et les séances plénières du Comité scientifique des 18/11/2016, 19/01/2018, 06/07/2018 et 26/10/2018, ainsi que l’approbation électronique définitive du projet d’avis par les membres du Comité scientifique du 14/11/2018,
le Comité scientifique émet l’avis suivant :
3. Contexte
3.1. Eléments explicatifs
3.1.1. Les différents types de cire naturelle et synthétique
Les insectes vivant sur terre sont entourés d’un exosquelette qui leur confère une rigidité structurelle, qui permet l’ancrage des muscles et qui les protège contre la déshydratation. Ceci est possible parce que, chez les insectes terrestres, les cellules épidermiques sous‐jacentes, à savoir les œnocytes, produisent de la « cire » qui est déposée à la surface de l’exosquelette ‐ au‐dessus de la cuticule ‐ par l’intermédiaire de pores (Hepburn et al., 1991). Cette « cire cuticulaire » est souvent absente chez les insectes aquatiques et manque également chez d’autres arthropodes tels que les « mille‐pattes » (diplopodes et chilopodes) qui ne se rencontrent que dans des milieux plutôt humides (Klowden, 2013).
Chez les abeilles domestiques, quatre paires de glandes cirières produisant la « cire d’abeille ou gâteau de cire » se sont aussi développées à partir de ce tissu épidermique. Cette cire d’abeille est essentielle à la colonie d’abeilles. Elle est en effet utilisée afin de construire les rayons destinés à abriter le couvain et à conserver les réserves alimentaires (= pain d’abeille (= pollen imbibé de miel) et miel). Le développement de ces glandes cirières est lié à l’âge et se situe entre le 11e et le 18e jour après l’émergence des ouvrières. Chez les abeilles plus âgées, ces glandes s’atrophient progressivement. La cire d’abeille est produite sous la forme de petites écailles. Quelque 1.100 petites écailles de cire (de 3 mm de large et 0,1 mm d’épaisseur chacune) sont nécessaires afin de produire un gramme de cire. La composition de la cire cuticulaire et de la cire d’abeille diffère quelque peu : la cire cuticulaire est constituée de 58 % d’hydrocarbures (contre de 13 à 17 % dans la cire d’abeille). La cire d’abeille est constituée principalement de mono‐esters (Blomquist et al., 1980). Le palmitate, le palmitoléate et les esters oléiques d’alcools aliphatiques à longue chaîne (30‐32 atomes de carbone) sont les principaux composants de la cire d’abeille. Les écailles de cire sont à l’origine limpides et incolores. Ensuite, la cire devient opaque et blanche, puis jaune, après sa mastication par les abeilles ouvrières de la ruche, suite à l’addition de salive et à l’incorporation inévitable de pollen et de propolis. Enfin, la cire devient progressivement de plus en plus foncée en raison de son âge et de son utilisation, suite à l’incorporation inévitable d’excrétions larvaires et de mues nymphales (Coggshall et Morse, 1984 ; Vergaert, 2017).
10/80

AVIS 18‐2018 Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles
La cire d’abeille est produite par toutes les abeilles dites domestiques, c’est‐à‐dire les insectes du genre Apis (Buchwald et al., 2006). Selon Coggshall et Morse (1984), il existe depuis toujours quatre espèces d’abeilles domestiques : Apis mellifera (l’abeille européenne), Apis florea (l’abeille naine), Apis cerana (l’abeille asiatique) et Apis dorsata (l’abeille géante). Plus tard, cette liste a été élargie et compte désormais dix espèces réparties en trois groupes (Arias et Sheppard, 2005 et 2006) : les abeilles « géantes » (Apis dorsata, Apis binghami et Apis laboriosa), les abeilles « naines » (Apis andreniformis et Apis florea) et les abeilles « cavitaires » (Apis mellifera, Apis cerana, Apis koschevnikovi, Apis nuluensis et Apis nigrocincta).
En outre, la cire d’abeille est également produite par des bourdons du genre Bombus (Frazini, 2012) et des abeilles sans dard des genres Melipona (Koedam et al., 2002) et Trigona (Blomquist et al., 1985). Cette cire diffère quelque peu de la composition de celle produite par les abeilles domestiques, elle a une apparence différente